Ce programme est présenté par

La jeunesse arabe est-elle optimiste ou pessimiste?

 

C’est un des indicateurs les plus attendus de l’enquête Generation What? : quelle perception ont les jeunes arabes de leur futur et du futur de leur pays? Encore une fois, à ce stade il faut parler de « tendances » plutôt que de « résultats » concernant ce vaste projet qui permet à la jeunesse arabe de faire le portrait de sa génération (accédez au questionnaire et aux données en temps réel ici : arab.generation-what.org). Néanmoins, avec déjà 4.500 répondants depuis le lancement, cette première enquête d’envergure commence à donner des indications fortes.

 

Es-tu optimiste ou pessimiste concernant ton avenir ?

Première surprise : à la question « concernant ton avenir, tu dirais que tu es plutôt pessimiste ou optimiste ? » trois jeunes arabes sur quatre répondent « optimiste » (74%), dont 29% « très optimistes ». Un chiffre encore plus fort qu’en Europe, où 62% se disent optimistes  pour leur propre avenir. Ils sont 75% en Algérie comme au Maroc, 79% en Tunisie comme au Liban, mais seulement 56% en Egypte.

On s’amusera à comparer, sur le site, les scores de chaque pays européen avec chaque pays arabe. Ainsi, le nombre d’optimistes en Allemagne (63%) et en France (61%) est à rapprocher de ceux de l’Egypte, alors que les jeunes suisses (70% optimistes) sont plus proches des jeunes algériens.

 

Ton avenir sera-t-il meilleur que celui de tes parents ?

Dans la même lignée, 66% des jeunes arabes pensent que « par rapport à la vie qu’ont mené mes parents, mon avenir sera plutôt meilleur » alors que 18% pensent qu’il sera « pareil » et 16% « plutôt pire ».

Les chiffres sont quasiment les mêmes pour les pays du Maghreb. L’Egypte se distingue avec 26% des jeunes qui pensent que par rapport à leurs parents leur avenir sera « plutôt pire », ce qui équivaut quand même à plus d’un jeune sur quatre. Au Liban, ils ne sont que 58% à répondre « plutôt meilleur » et encore 20% à dire « plutôt pire ».

Sur ce point, les jeunes européens sont beaucoup moins enthousiastes. Seul un tiers (33%) répond « plutôt meilleur », un autre tiers (35%) « plutôt pire » et un dernier tiers « pareil » » (32%). Les jeunes européens ont-ils conscience que l’âge d’or de l’Europe est terminé ? En France, ils sont carrément 53% à penser que leur vie sera « plutôt pire » que celle de leurs parents, de loin le pays d’Europe le plus négatif : seuls 23% se projettent dans un avenir plutôt meilleur. Au Royaume-Uni, ils sont 47% à voir leur avenir « plutôt pire » que leurs parents. L’Allemagne est plus mesurée : 36% voient leur avenir « plutôt meilleur » que la vie de leurs parents, 38% « pareil » et 26% « plutôt pire ».

L’avenir de tes enfants sera-t-il meilleur que le tien ?

Même optimisme pour les jeunes arabes quand ils se projettent dans le lointain futur. À la question : « Tu penses que par rapport à ta vie, celle de tes enfants sera… », ils sont encore 70% à répondre « plutôt meilleur », 15% « pareil » et 15% « plutôt pire ».

Dans le détail, ils sont 71% en Algérie (alors que 17% pensent « pareil » et 12% « plutôt pire ») au Maroc les trois chiffres sont 73%  « plutôt meilleur », 13% « pareil », 13% « plutôt pire ». Même tendance en Tunisie (73%/11%/16%).

À nouveau, le Maghreb diverge du Moyen-Orient. En Egypte, ils ne sont « que » 53% à penser « plutôt meilleur », 13% « pareil » et 35% (un jeune égyptien sur trois) à répondre « plutôt pire ». Même tendance au Liban, en Palestine et en Jordanie.

Quels problèmes te préoccupent le plus ?

Si en Europe la conscience de la crise écologique et climatique est très vive dans la jeunesse (1ere préoccupation sur tout le continent) et explique ce si faible optimisme pour ses propres enfants, au Liban comme en Palestine c’est le risque de « guerre » et « le terrorisme » qui l’emportent (40% des jeunes Jordaniens et des jeunes Palestiniens disent que « la guerre » est ce qui leur fait le plus peur). Les jeunes égyptiens mettent très haut « la peur de l’avenir », tout simplement, pour 36% d’entre eux.

Ton pays te donne-t-il les moyens de montrer ce dont tu es capable ?

Gardons nous bien cependant d’une vision trop simpliste concernant le Maghreb. À la question « ta société te donne-t-elle les moyens de montrer ce dont tu es capable », ils sont 84% à dire « non » en Algérie, 87% au Maroc et 88% en Tunisie. Des scores identiques à ceux du Moyen-Orient (90% en Egypte, 86% en Palestine, 80% en Jordanie et encore 74% au Liban). En cela, ils rejoignent les jeunes espagnols (74%) italiens (80%) et français (73%). En Europe, une coupure très nette oppose les pays du nord (majoritaires à répondre « oui ») et ceux du sud.

Nous reviendrons dans nos prochains comptes rendus de tendance sur ce sentiment de vivre dans des sociétés qui ne leur font pas confiance.