Ce programme est présenté par

Confiance en qui ? L’armée !

L’enquête Generation Quoi continue de révéler son lot de surprise. Destinée à permettre aux jeunes de 18/34 ans de faire eux-même le portrait de leur génération partout sur terre, l’enquête a été lancée il y a un mois maintenant dans 8 pays du monde arabe (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Jordanie, Palestine et Liban).

Nous n’en sommes qu’au début, l’enquête va se développer pendant six mois, mais d’ors et déjà, les premiers chiffres qui apparaissent sur le site permettent de commenter les toutes premières tendances. Elles sont à manier avec précaution, les résultats définitifs ne devant pas arriver avant le début 2019.

Néanmoins, à ce stade, avec plus de 4 000 participants, l’enquête est déjà riche d’enseignements.
Une dizaine d’institutions sont testées, comme l’an dernier en Europe, avec à chaque fois la question suivante : « as-tu confiance en… ». Suivent une liste d’institutions, allant de l’école à la police, de l’armée aux institutions religieuses, des ONG aux syndicats. Quatre réponses au choix : tout à fait confiance, confiance, pas trop confiance, pas du tout confiance.

L’armée est l’institution en laquelle les jeunes Arabes ont confiance

La seule institution qui, de très loin, inspire confiance aux jeunes du monde arabe, c’est l’armée, avec 63% de confiance (31% de « tout à fait confiance »). Un chiffre qui monte à 73% en Tunisie, 66% en Algérie (dont 37% qui font « tout à fait confiance ») et 58% au Maroc. On retrouve la même tendance au Liban (70%) et en Jordanie (69%). Il n’a par contre pas été possible de poser la question en Egypte…

 

Un résultat qui n’est pas si éloigné du sentiment des jeunes européens : c’est la seule institution (avec les ONG) qui n’est pas massivement rejetée, le degré de confiance atteignant 50%. La France est le pays d’Europe où les jeunes ont le plus en confiance en l’armée, à 53%.

La police, une institution qui a une pauvre image chez la jeunesse arabe

La police, par contre, n’a pas une bonne image. Seuls 39% des jeunes arabes lui font confiance, à peine 12% « tout à fait confiance ». Les écarts entre les pays sont néanmoins très sensibles. Les jeunes tunisiens sont 81% à ne pas lui faire confiance, au Liban ils sont mêmes 89%, la quasi unanimité ! En Palestine, où les chiffres sont à manier avec grande précaution, la toute première tendance ne donne que 25% de jeunes qui ont confiance, contre 75%. En Algérie comme au Maroc, les chiffres sont plus mesurés, même si une nette majorité (58%) affirme ne pas avoir confiance. Là aussi, il n’a pas été possible de poser la question en Egypte.

En Europe, de nombreux pays se rapprochent des jeunesses algériennes et marocaines. En France comme en Irlande, ils sont 55% à ne pas faire confiance à la police, 50% en Espagne. Il faut aller en Europe du Nord pour voir la tendance s’inverser : 70% des jeunes allemands ont confiance dans leur police, 77% des jeunes hollandais !

Une justice qui apparaît plus suspicieuse que protectrice

Des trois grandes institutions régaliennes, c’est finalement la justice qui s’en tire le plus mal : à peine 33% des jeunes arabes lui font confiance. En Egypte, ils sont 96% à n’avoir pas confiance ! Encore 69% au Maroc et 64% en Algérie. De tous les pays arabes, c’est la justice tunisienne qui s’en sort le mieux : une courte majorité (52%) n’ont pas confiance, c’est mieux qu’en France où 60% ne lui font pas confiance.

Les médias sont l’institution qui a la plus mauvaise presse chez les jeunes arabes

Finalement, les plus mals notés sont, de très loin, les médias dans leur ensemble ! 86% des jeunes arabes ne leur font pas confiance, avec des scores catastrophiques en Egypte (96% n’ont pas confiance), 86% en Algérie, 85% au Maroc et encore 87% en Tunisie !

Là, encore une fois, les jeunes européens rejoignent les jeunes arabes : 82% des jeunes européens ne leur font pas confiance, avec même 87% en France !

Nous reviendrons dans notre prochaine analyse de tendances sur cette confiance en l’armée, qui casse tous les clichés que les adultes ont sur la jeunesse, en Europe comme dans le monde arabe.