Ce programme est présenté par

Le système éducatif, préoccupation n°1 de la jeunesse arabe

À peine lancée dans cinq pays du monde arabe (Maroc, Algérie, Tunisie, Jordanie, Liban), la campagne Generation What? apporte déjà son lot de surprises.

Generation What? permet aux millennials, la génération des 18-34 ans, de faire le portrait de leur génération, pays par pays, en répondant en ligne à plus de 150 questions, établie par un collège international de sociologues.
À la question: “Qu’est-ce qui te préoccupe le plus?”, le moins que l’on puisse dire est que les premières tendances sont très fortes.
Les internautes doivent choisir trois réponses parmi seize propositions.
Sur les cinq pays concernés, c’est de loin “le système éducatif” qui préoccupe le plus les millennials. Ils sont 51% à le placer en tête.

“Le système de santé” arrive en 2e position (40%), juste devant “l’accès à l’emploi” (38%). L’insécurité occupe la quatrième place (32%), suivi de “la crise économique et financière” (27%). Trois autres préoccupations obtiennent peu ou prou le même score :

  • L’environnement (20%)
  • Le pouvoir d’achat (20%)
  • L’accès au logement (19%)

Le Maroc (60%) et la Tunisie (63%) mettent le plus en avant leur préoccupation face au système éducatif. L’Algérie aussi le place en tête, mais à juste 46%.

Cette première tendance à peine amorcée (il faudra attendre six mois avant d’avoir des résultats consolidés, l’échantillon actuel ne porte encore que sur 2.500 jeunes) est néanmoins ce qui frappe le plus les sociologues ayant déjà travaillé sur l’enquête : cette préoccupation n’a rien de spécifique au monde arabe.
En Europe aussi, l’état du système éducatif est l’une des trois grandes préoccupations de la jeunesse. L’ensemble des 18-34 ans ayant répondu à l’enquête Generation What? sont 28% à l’inclure dans leur liste de trois (37% en France). Même les pays ayant une réputation d’excellence en matière d’éducation sont touchés (Allemagne, Suisse).

L’école est dénoncée dans le cœur même de ce qui fonde sa raison d’être : le mérite et l’égalité. Pour les jeunes, cet idéal a failli.

– 70% des jeunes Arabes ayant déjà répondu à l’enquête réfutent le fait que le système éducatif récompense le mérite (68% en France, 55% pour l’ensemble de l’Europe).

– L’égalité des chances n’est pas honorée : 59% des jeunes se prononcent contre l’idée que le système éducatif donne sa chance à tous, (68% en France, 54% en Europe) sans différence entre les jeunes femmes et les jeunes hommes.

Mais leur mise en cause du système scolaire va encore plus loin. Alors que l’école devrait représenter, à court terme comme à plus long terme, un outil facilitant l’insertion professionnelle, huit jeunes sur dix (78% exactement des jeunes Arabes) considèrent que le système éducatif n’est pas efficace pour entrer sur le marché du travail. Ils sont 87% en France et 74% pour l’ensemble de l’Europe.

Le constat de l’existence d’un véritable clivage entre la formation scolaire et le monde de l’entreprise semble confirmé et sans appel.

Leur confiance dans l’école est touchée. Ils sont 57% à ne pas lui faire confiance (50% en France). On retiendra que seuls 11% des jeunes Arabes, 6% des jeunes Français, 8% des jeunes Européens de Generation What? déclarent lui faire tout à fait confiance. C’est très peu ! Et c’est tout à fait nouveau.

À l’évidence, il y a une rupture très forte entre le monde éducatif et la jeunesse, qu’elle soit arabe ou européenne. Jamais, jusqu’alors, les grandes enquêtes de sociologie sur la jeunesse n’avaient mesuré une telle crise de confiance, même dans les années 60, époque de contestation du système s’il en est.
Retrouver cette tendance partout est un signe qui ne trompe pas. Que le système éducatif soit richement doté comme en Allemagne et en Suisse, ou particulièrement délabré comme dans plusieurs régions d’Europe ou du monde arabe, les résultats sont sensiblement les mêmes. Ils prouvent que c’est d’abord une façon d’enseigner, le contenu des cours et l’adaptation aux exigences du XXIe siècle qui sont remis en question.

NB : seuls les chiffres français sont « consolidés ». Les chiffres européens sont des données brutes accessibles sur tous les sites Generation What? et les chiffres arabes ne sont qu’une première tendance qui va s’affiner au cours des semaines.